Covid-19: la région Île-de-France vote un plan de relance de 1,3 milliard d’euros

Covid-19: la région Île-de-France vote un plan de relance de 1,3 milliard d'euros

L’enveloppe doit être consacrée à l’aide aux entreprises et à l’innovation, à la lutte contre le chômage et le retour à l’emploi, ainsi qu’à la relance écologique et aux transports.

Le conseil régional d’ Ile-de-France , réuni pour la première fois dans le nouvel hémicycle de son siège de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), mais en effectif restreint, a voté jeudi un plan de 1,3 milliard d’euros pour relancer l’économie francilienne post-Covid-19, a constaté l’AFP.

Ce plan est financé par 689 millions d’euros de redéploiement de crédits et 592 millions de crédits supplémentaires. Au total, 640 millions d’euros doivent être consacrés à l’aide aux entreprises et à l’innovation, 230 millions à la lutte contre le chômage et le retour à l’emploi, 190 millions au pouvoir d’achat, à la santé, la solidarité et enfin 238 millions à la relance écologique et aux transports. Un plan de relance des infrastructures à l’automne

La majorité (LRI, UDI, Modem) s’est félicitée de ce « budget supplémentaire » qui va « permettre à la région d’avoir un rôle de tuteur et d’accompagnateur » (UDI) et « d’amortisseur de crise » (LRI). À l’inverse, l’opposition a déploré « des mesures étriquées sur le plan de l’emploi » et «un rendez-vous raté avec les Franciliens (Ensemble Ile-de-France), ainsi qu’un « immense gâchis qui augmente la dette sans rien corriger les erreurs passées » (Alternatives écologistes et sociales), ou encore « une occasion gâchée », qui «n’utilise pas la crise pour rompre avec le « comme avant » (Front de gauche). Ce plan doit être complété à l’automne par un plan de relance des infrastructures franciliennes notamment dans les transports.

Les groupes ont voté à l’unanimité un amendement de l’exécutif pour mandater la présidente de Région pour qu’elle interpelle le gouvernement « afin qu’il accorde une compensation intégrale des pertes de recettes fiscales et voyageurs d’Ile-de-France Mobilités liées à l’épidémie de Covid-19 pour l’année 2020 et un mécanisme de compensation pour l’année 2021 ». Auparavant, la région avait adopté son compte administratif 2019. « Jamais nous n’aurions pu présenter un plan de relance sans les marges de manœuvre dégagées depuis 4 ans par l’exécutif », a affirmé Valérie Pécresse.

La majorité a salué un « niveau d’investissement record » de 2,2 milliards d’euros, et un « encours de la dette en baisse de 5% ». Mais l’opposition a dénoncé »un mandat perdu pour les Franciliens et un recul de l’action publique« (Écologistes et progressistes) notamment sur le logement, la politique de la ville, le social et la santé. Pour le RN ce compte administratif « témoigne de la distance qui se creuse entre une administration autosatisfaite et une population consternée ».

Les dernières news