Ségolène Royal dénonce une “vengeance contre Didier Raoult” du gouvernement

Ségolène Royal dénonce une "vengeance contre Didier Raoult" du gouvernement

Quelques jours après avoir supprimé ses tweets en faveur des travaux dirigés par le professeur Didier Raoult, Ségolène Royal était l’invitée du Grand Rendez-vous, sur Europe 1, dimanche 31 mai 2020. Pointée du doigt par le ministre de la Santé, Olivier Véran, elle a assuré ne rien regretter. Selon elle, ses tweets étaient régulièrement mis à jour. “J’ai retweeté de ses soutiens parce que je considérais qu’à un moment où l’État n’avait même pas la capacité de donner des masques ou des blouses aux soignants, le professeur Raoult se faisait agresser par le gouvernement alors qu’il avait un protocole qui apparemment donnait des résultats”, a-t-elle déclaré pour expliquer sa position. Pour autant, elle a répété ne pas “soutenir” le professeur largement décrié. Mais pour elle, la décision prise par l’actuel gouvernement d’interdire l’hydroxychloroquine, dans les protocoles de soins du coronavirus, est arrivée beaucoup trop rapidement. Olivier Véran est allé trop vite, il s’est dépêché comme s’il avait une espèce de vengeance contre le professeur Raoult, en prenant précipitamment une décision comme celle-ci”, a lâché l’ancienne ambassadrice des pôles, comme le rapportent nos confrères de Voici.

Ségolène Royal demande aucune agressivité contre Didier Raoult

Même si le gouvernement a décidé de prendre une telle position en se basant sur une étude du très sérieux magazine The Lancetpour Ségolène Royal, c’est une fausse excuse. Elle a pris l’exemple de certains professeurs de médecine pourtant “pas favorables à Didier Raoult” qui ont contesté cette étude. Selon elle, c’était juste le moyen de le mettre sur la touche. “Je dénonce la façon dont il a été traité. (…) Réintégrons-le dans des protocoles d’expérimentation rationalisés, mais n’ayons aucune agressivité à son égard”, a-t-elle encore ajouté.

Les dernières news